Et si en ce Noël...

Une fois n’est pas coutume, pour cette période de fin d’année je vous propose une lettre particulièrement courte.

Je vais m’appuyer sur une vidéo de quelques minutes, que j’avais visionnée il y a quelques mois et que vous connaissez peut-être. Comme elle ressemblait à une sorte de conte pour évoluer, je l’avais gardée bien au chaud dans un coin de ma tête… Pour la ressortir au bon moment…  

Si vous êtes actuellement connecté, je vous suggère donc de commencer par la regarder (ci-dessous), puis de revenir à ce texte. Si vous ne pouvez pas voir cette vidéo pour une raison ou pour une autre, vous en trouverez un résumé dans l’encadré ci-dessous :

 

 

L’histoire se déroule à Washington, mais vous n’aurez probablement aucune difficulté à la transposer de ce côté-ci de l’Atlantique !

Une caméra (cachée) en hauteur nous fait découvrir un mendiant jouant du violon à l’heure de pointe dans une station de métro plutôt BCBG ; ses usagers ont l’air d’être plutôt aisés.

La vidéo est accélérée ; le musicien joue une petite heure. De rares personnes s’arrêtent pour l’écouter ; surtout des enfants. Quelques-uns lui donnent un peu d’argent. Parmi les centaines de passants pressés qui le voient et l’entendent, seuls des enfants (systématiquement agrippés par leurs parents) semblent apprécier la virtuosité de ce monsieur…

Car de virtuosité il est plus que question : le musicien mendiant est en réalité Joshua Bell, tout simplement un des meilleurs musiciens de la planète et qui s’apprête à jouer à guichets fermés dans une prestigieuse salle de Boston.

Dans ce métro, il a joué plusieurs morceaux d’une extrême complexité d’interprétation, avec un Stradivarius de 1713 d’une valeur de 3,5 millions de dollars.

Pas une seule personne ne l’a applaudi.

 

 

Selon toute vraisemblance, dans le public qui à Boston, Washington ou Philadelphie s’extasiera à grands renforts de superlatifs pour le prix moyen de 100 $ la place, se trouveront des « mélomanes » qui seront passés devant ce mendiant sans lui prêter la moindre attention !

Comment une telle chose est-elle possible, alors que même avec la piètre qualité de restitution sonore d’un ordinateur, vous aurez certainement remarqué le talent de ce « clochard », l’émotion qu’il transmet !

 

Quelques jours avant Noël, peut-être au moment de notre départ en congés, si nous nous posions la question suivante :

« A force de courir, à côté de combien de personnes suis-je passé sans les voir ? Est-ce que je prends le temps de me poser pour apprécier les belles choses ? Combien de sublimes mélodies n’ai-je pas entendues alors qu’elles sont là, tout près, peut-être même en moi ? »

 

Je vous souhaite de vivre une belle période de fin d’année. Et quels que soient votre contexte, vos joies ou vos difficultés, que vous voyiez, entendiez, ressentiez l’instant présent.

 

Fabien Rodhain.

 

 

Ah oui, j’allais oublier… Je vous rappelle qu’en cette fin d’année, j’ai décidé d’offrir mon roman « Et si j’y croyais ? » en format électronique… Les retours que j’en ai sont formidables, alors continuez à diffuser l’information autour de vous : ceux qui souhaitent le recevoir ont simplement à m’envoyer un mail à fabien@fabienrodhain.com, et à s’engager à eux-mêmes partager cette information !

Télécharger la lettre "Et si en ce Noël..."
Lettre 2009 12 - Et si en ce Noël....pdf
Document Adobe Acrobat 26.1 KB

Écrire commentaire

Commentaires : 10
  • #1

    Laurent (vendredi, 18 décembre 2009 09:42)

    Une jolie histoire qui fait effectivement réfléchir...
    Joyeux Noël, Fabien !

  • #2

    Catherine Bidan (vendredi, 18 décembre 2009 09:59)

    Bonjjour Fabien,
    Merci pour ce moment de pure douceur, même dans ton écriture. Qu'il donne envie de lâcher prise oui et de vivre l'instant.
    Très bonne continuation à toi et excellentes fêtes de fin d'année. Rendez-vous en janvier pour des aventures de coach et d'écrivain.
    Catherine

  • #3

    bernard Valdenaire (vendredi, 18 décembre 2009 10:37)

    Bonjour Fabien
    Une belle histoire qui ne me surprends pas du tout car nous sommes formatés avec 2 croyances communes
    1- Il faut être validé par des "sachants" pour la reconnaissance.
    2- L'habit fait encore le moine. Comment un mendiant peut-il bien jouer du violon? impossible sinon il ne serait pas mendiant.

    Bien à vous et bonnes fêtes.

  • #4

    Marc BASCELLI (vendredi, 18 décembre 2009 20:42)

    Bonsoir Fabien,
    Merci pour cette histoire si instructive. Merci Bernard V pour ton commentaire si perspicace.
    Puissent toutes les créatures trouver le Bonheur et ses causes; être libérées et en Paix.
    Namasté

  • #5

    maylis (samedi, 19 décembre 2009 09:38)

    Merci Fabien de nous rappeler de prendre le temps de profiter des dons qui nous sont faits.

  • #6

    Marie-Claire Bonin (samedi, 19 décembre 2009 15:34)

    Merci de nous faire partager ce moment fort d'indifférence.Puisse ce Noël ouvrir nos yeux et nos oreilles à l'écoute de l'autre et nous donner le plus beau des sourires à offrir à chacun.
    Joyeuses fêtes à vous Fabien et tous ceux que vous chérissez. Rendez-vous en 2010.

  • #7

    Thomas (dimanche, 20 décembre 2009 18:06)

    Merci pour ces quelques lignes de réflexion qui nous rappellent que le présent est le seul instant que nous avons entre nos mains...

    Voici une autre vidéo très forte : http://www.youtube.com/watch?v=Um9KsrH377A

  • #8

    martine maquin (lundi, 21 décembre 2009 09:03)

    merci Fabien pour cette vidéo et surtout ton debrief qui nous renvoie des émotions fortes et des souhaits de vivre en pleine conscience, pleine conscience de soi, des autres, de l'instant, de la fragilité du temps qui passe
    joyeuses fêtes avec ta petite tribu et en 2010, je t'embrasse

  • #9

    C2 (dimanche, 31 janvier 2010 21:36)

    Cette vidéo résonne en moi pour me rappeler combien de fois la Vie m'a permis de réaliser les trésors cachés que recélaient certaines personnes que j'avais pourtant eu maintes fois l'occasion de croiser dans mon quotidien...
    Et un petit grain de sable, soudain, m'ouvrait les yeux pour constater ce que je n'avais pas vraiment regardé jusqu'à présent...
    J'invite tous ceux qui lisent ce commentaire, déjà suffisamment sensibilisés pour venir sur le site de Fabien, à convertir leur regard (si ce n'est déjà fait!) pour enfin voir l'essentiel au-delà des apparences.
    Revenons à l'humain.
    Forgeons nous-mêmes notre opinion en fonction de notre propre ressenti.
    Refusons le formatage par le "prêt-à-penser", la "pensée unique", le "politiquement correct", le crible de la mode et du snobisme... que le système tente de nous imposer. Faisons confiance à nos perceptions.
    Et, pour cela, prenons le temps, effectivement, de vivre le moment présent. Avec intensité et justesse.

  • #10

    charles deca (jeudi, 04 juin 2015 11:00)

    Tout simplement sublime. vraiment dommage que personne ne l est applaudi, quelle tristesse de ne pas savoir reconnnaitre et apprecier la beauté quand elle est là.
    A côté de combien de beaux moments de vie passont nous en aveugles ?

1 Valable pour les livraisons dans le pays suivant : France. Plus d'infos sur les délais de livraison dans d'autres pays ici : Conditions de livraison et de paiement

Un site réalisé par www.skiptojimdo.com