J'ai arrêté ! (nouvelle)

Je commence donc, Mademoiselle. Essayez de suivre dès la première fois, mes idées sont parfaitement rassemblées… mais si je devais recommencer, je n’y parviendrais peut-être pas …

 

***

 

A l’approche de la cinquantaine, une de mes amies m’avait bien dit un jour : « si tu es de moins en moins en forme, il y a forcément une raison… A mon avis, tu devrais arrêter ! Moi je l’ai fait et sincèrement, je me sens tellement mieux ! Ca parait tout bête, comme ça, vu de loin, mais franchement ça change la vie ! »

Modérément convaincu, j’avais répondu « peut-être… Pourquoi pas ? ». Mais à vrai dire il s’agissait simplement d’une idée en l’air, comme une résolution lancée avec des amis, la nuit du 31 décembre… Et puis n’exagérons rien, ce n’était qu’une simple habitude, un plaisir ; pas une dépendance…

 

Mais là, cinq ans plus tard, je sentis clairement que le besoin se faisait impérieux. Accélérations cardiaques, oppression des poumons, manque d’énergie chronique et surtout cette sensation d’angoisse, de plus en plus présente, et qui devenait intolérable… A présent, je DEVAIS arrêter, il en allait de ma vie !

J’avais toujours eu la sensation de pouvoir tout maîtriser, d’être clairement capable de dominer mon corps et mon esprit. Après avoir pris LA décision, j’étais donc persuadé que je m’en sortirais à la seule force de ma volonté. Il n’en fut rien et c’est ce que je voudrais vous conter ici, afin que mon expérience soit utile...

Pour lire la suite, télécharger ci-dessous la nouvelle :

J'ai arrêté ! (nouvelle)
J'ai arrêté !.pdf
Document Adobe Acrobat 71.0 KB

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Agnès (mercredi, 20 mai 2009 12:34)

    J'adhère complètement au "DOMANHU" !!Je rajouterais un petit conseil quotidien utile : couper le son lors du pilonnage publicitaire à la télévision : il encourage la sinistrose par le fait qu'il augmente la sensation du besoin de consommation et rend nos enfants perpétuellement insatisfaits ! Merci Fabien pour cette nouvelle tellement au coeur de nos préocupations. Je retourne la lire...

  • #2

    Ludovic Martell (vendredi, 22 mai 2009 11:34)

    Bonjour et merci pour cette - bonne- nouvelle collant à l'actualité; sans mauvais jeu de mots. A mes débuts dans la profession de journaliste, un dessin humoristique égayait la Une de tous les journaux. France Soir avait sa pin-up en page 3. S'instaura par la suite ( 1968 - est-ce une coïncidence?) une course à l'échalote des médias. Ls dessins disparurent, les belles filles également, pour ne laisser place qu'à la sinistrose. Quand on sait comment d'aucuns exploitent les informations, on finit par relativiser. Laurence Ferrari et ses pairs, lecteurs de prompteurs, textes rédigés par des gens pas forcément fiables, sont-ils crédibles? Pas vraiment. Et que dire de ces "envoyées spéciales" à la guerre du Golfe, commentant en tenue camouflée, au bar de leur hôtel ,des combats dont elles ignoraient le millième? Et pour cause, elles n'allaient jamais sur le terrain. Lâcher une nouvelle puis la démentir peu après, ce sont deux informations pour une radio ou une TV...
    C'est Ian Fleming qui disait "Vivre et laisser mourir": à condition de ne pas prendre cet aphorisme au premier degré, on peut l'utiliser comme un art de vivre.

  • #3

    Thomas (mercredi, 03 juin 2009 08:03)

    Merci pour cette nouvelle. L'approche du sujet est excellente et on croit longtemps assister au fumeur accro qui cherche à stopper sa drogue. Ayant personnellement effectué ce chemin, je ne peux que confirmer que nous disposons de beaucoup plus d'énergie et d'espace sans toutes ces infos négatives. Excellente semaine et bons messages.

  • #4

    Geneviève (dimanche, 14 juin 2009 09:57)

    Bravo Fabien,
    je pratique ça aussi depuis de nombreuses années : les infos je les prends à mon rythme, uniquement par presse écrite, éventuellement via la radio, mais jamais à la télé ( trop de fausses informations, trop d'images à sensation, pas de profondeur ). si un sujet m'intéresse vraiment, il y a toujours moyen de creuser, en plus, ça donne justement une profondeur que l'on n'a pas autrement. on devient de plus en plus critique ( dans le bon sens ), mais aussi engagé dans ce en quoi l'on croit.
    continue !


1 Valable pour les livraisons dans le pays suivant : France. Plus d'infos sur les délais de livraison dans d'autres pays ici : Conditions de livraison et de paiement

Un site réalisé par www.skiptojimdo.com